Bio-ethic : Notice: Undefined index: info in /home/eq60253/html/detailInfos.php on line 13
L'Arctique se réchauffe et fond rapidement
Une importante étude, la plus détaillée sur le sujet, menée par plus de 300 chercheurs regroupés dans l'Arctic Climate Impact Assessment (ACIA) à la demande du Conseil arctique, présente plusieurs scénarios qui indiquent que la hausse des températures pourrait entraîner la disparition de la glace arctique.
Les pays ayant participé à l'étude sont tous riverains de la région: Etats-Unis, Canada, Danemark, Finlande, Islande, Norvège, Russie et Suède.
En cause, le rythme actuel des émissions de GES (Gaz à effet de serre) qui réchauffent les basses couches de l'atmosphère.

L'Arctique fond...
En effet, cette étude internationale, publiée le 08/11, révèle que la banquise arctique s'est réduite d'environ 8% au cours des 30 dernières années (de 988.000km2, soit près de deux fois la France). "Cela se produit beaucoup plus vite qu'on ne le pensait il y a seulement cinq ans et a des implications mondiales avec l'ouverture de la banquise arctique", souligne Robert Corell un responsable de l'étude. Ensuite, des centaines d'années pourraient être nécessaires à l'inversion de la tendance avec des dommages dorénavant inévitables. Mais l'impact sur le long terme pourrait être "réduit de manière significative" en diminuant sérieusement les émissions de gaz à effet de serre au cours du siècle.

Hausse des températures
Ainsi, depuis 50 ans, la température moyenne annuelle en Alaska et en Sibérie a augmenté de deux degrés pour s'établir à -14,7C, tandis que les hivers en Alaska et dans le nord-ouest canadien se sont adoucis en moyenne de 2,8 degrés pour atteindre -13,8C.
L'étude prévoit que dans les cent prochaines années, les températures moyennes annuelles augmenteront de 3,8 à 7,2 degrés sur Terre et de 7,2 à 10 degrés dans l'océan, l'eau absorbant davantage la chaleur. Les forêts s'étendraient sur la toundra arctique, qui à son tour gagnerait des déserts glacés mais celle-ci verrait globalement sa surface se réduire fortement.

Montée des eaux
Les régions arctiques connaissent "certains des changements climatiques le plus rapides et sévères sur Terre" et la fonte des glaces dans cette zone a contribué à augmenter le niveau de la mer dans le monde de 7,6 centimètres ces vingt dernières années, souligne l'étude. "Les changements dans l'Arctique fournissent une indication précoce de l'importance environnementale et sociétale du réchauffement de la planète."
Ce rapport, indique que les conséquences de cette fonte de la glace arctique (glaciers et permafrost) pourrait entraîner une hausse d'un mètre du niveau des océans, affectant plus d'une centaine de millions de personnes vivant dans des deltas, sur des îles et sur les littoraux.
La fonte de la glace du Groenland, qui devrait elle prendre plusieurs centaines d'années, entraînerait une montée des eaux de près de 7 mètres !

Disparition d'espèces
La disparition de la glace dans l'Arctique est aussi susceptible de provoquer la disparition de certaines espèces de poissons et de mammifères comme l'ours polaire.
< Les conséquences pourraient également être significatives pour les phoques, les caribous, les troupeaux de rennes et pour des peuples comme les Esquimaux, dont l'alimentation est basée sur ces animaux. Certaines espèces menacées d'oiseaux migrateurs devraient également perdre plus de la moitié de leur zone de reproduction.
"L'ours polaire pourrait complètement disparaître d'ici à la fin du siècle. Il a peu de chances de survivre lorsque la glace estivale est réduite à sa portion congrue", a précisé le WWF. L'ours blanc se nourrit en effet essentiellement de petits phoques lovés dans des cavités de la banquise qu'il brise en bondissant dessus.

Nouvelles opportunités commerciales
Malgré l'ampleur de la catastrophe attendue, un tel phénomène est aussi considéré comme l'ouverture possible d'un "passage nord" pour le trafic maritime entre les océans Pacifique et Atlantique. Et on entrevoit également de nouvelles opportunités d'exploitation de ressources halieutiques et minières qui ne seront plus cachées par les glaces... De bonnes nouvelles qui nous paraîssent quelque peu déplacées.

auteur : notre-planete.info